Pour toucher leur cible principale, les malfaiteurs visent de plus en plus leurs sous-traitants. L’agence chargée de la sécurité informatique du pays veut dresser une liste blanche de prestataires d’administration et de maintenance sécurisée (PAMS).